Appel

Unissons-nous pour la libération immédiate des travailleurs incarcérés du cuivre de KhatounAbadet

Cent soixante dix travailleurs de l’exploitation de cuivre de KhatounAbab de Chahr e Babak, ont été licenciés après des examens d’embauche, malgré les promesses préliminaires  des responsables sur la garantie de leur d’emploi. A la suite de cette tromperie du patronat gouvernemental, les travailleurs, accompagnés de leur famille, ont organisé de larges mouvements de protestation. Mardi le 2 février, les forces de la répression sont intervenues, agressant violement les travailleurs, tout en arrêtant 28 protestataires qui ont été incarcéré et qui ne sont pas encore libérés. La répression contre les travailleurs sans ressources dans cette région possède une long et douloureuse historique. 

                                                                                                                 

 

 A tous les hommes épris d’égalité et de liberté

A tous les membres et représentants syndicaux à travers le monde

A tous les partis et organisations progressistes, défenseurs de liberté et droits des travailleurs.

Nous, une partie des anciens représentants des organisations ouvrières en Iran et actuellement militants ouvrière à l’extérieur du pays, dans le but de défendre le mouvement ouvrier d’Iran et des travailleurs iraniens, vous invitons à signer la présente pétition pour déclarer votre solidarité avec les travailleurs emprisonnés.

Le texte de la pétition :

 

Les travailleurs des sociétés de cuivre de KhatounAbad de Chahr e Babak doivent être rapidement libérés.

 

Depuis mardi le 26 janvier 2016, 28 travailleurs protestataires de l’industrie de cuivre de KatounAbad sont incarcérés. Suivant les déclarations de l’avocat de certain de ces travailleurs, aucune décision n’a encore été prise par les autorités de l’Etat pour la libération de ces travailleurs.

Les travailleurs des entreprises dépendant de l’industrie de cuivre de KatounAbad, ont travaillé près de quatre ans avec des salaires de misère dans l’espoir d’être intégré au projet de raffinage. Au début du démarrage du projet, Saad Mohammadi, l’avant dernier PDG de la compagnie du cuivre, avait promis d’embaucher tous ces travailleurs au moment du lancement officiel des usines. Mais, l’année dernière, l’agglomérat de cuivre a décidé d’organiser des examens pour pourvoir les forces nécessaires à la compagnie. Sachant que ces examens pourront menacer sérieusement leur sécurité d’emploi, les travailleurs accompagnés de leur famille ont à plusieurs reprises organisé des rassemblements durant toute l’année dernière. Finalement, après ces examens, 170 travailleurs, ont été licencié, malgré les promesses initiales des responsables. A la suite de cette tromperie des responsables officiels du patronat gouvernemental, les travailleurs accompagnés de leur famille ont organisé le 2 février, de vastes rassemblements de protestations qui ont été attaqués et réprimés par les forces de répressions et des agents de sécurité. Lors de cette répression, 28 travailleurs ont été arrêtés et depuis ils sont incarcérés.

 

La répression et reniement des droits dans cette région industrielle ont une longue histoire :

 

Les travailleurs du complexe minier de KhatounAbad sont confronté depuis des années aux problèmes de travaille difficile et de manque de sécurité d’emploi. Leurs revendications ont toujours été réprimés durement et dans le sang. Ces  dernières années la méthode de promesses non tenues étaient largement utilisées par l’administration et les responsables gouvernementaux. Les travailleurs iraniens et du monde entier se rappellent qu’en janvier 2004, à la suite du licenciement de 200 travailleurs du complexe minier de KhatounAbad de shahr e Babak de Kerman, les travailleurs accompagnés de leur famille ont organisé des grèves et cite in. Comme ces actions n’ont donné aucun résultat, les travailleurs ont occupé la route de KhatounAbad à la ville de Chahr e Babak. Les forces de répression de la République Islamique sont alors intervenues en utilisant tous les moyens, y compris des hélicoptères, et ont dispersé la manifestation. Ensuite, la manifestation s’est déplacée devant la préfecture de Char e Babak. Les forces de l’ordre ont alors ouvert le feu sur les manifestants et tué quatre travailleur et un enfant. La nouvelle de ce massacre par le régime islamique s’est rapidement répandu au niveau international et une campagne mondiale contre ce crime a été organisée.

Nous condamnons sérieusement le licenciement de 170 travailleurs de la compagnie de cuivre de KhatounAbad, la répression de la protestation des travailleurs et l’arrestation de 28 d’entre eux et demandons leur libération immédiate et sans condition ainsi que la libération de tous les travailleurs emprisonnés.

…………………..

Si vous voulez mettre votre signature, par solidarité, en bas de ce texte, nous vous prions de nous contacter rapidement par courriel aux adresse ci-dessous ;

 

Ali Pitchgah, l’ancien représentant du conseil de la raffierie de pétrol de Téhéran

Morteza Afshari, l’ancien représentant des travailleurs des imprimeries de Téhéran

Ali Mobaraki, l’ancien représentant du syndicat des projets d’Abadan

 

Adresse E-Mail :

 

alipichgah@hotmail.com

 

morteza17@hotmail.com

 

kargar_1357@hotmail.com